Accueil > Conso > Lutte contre la fraude

Lutte contre la fraude

Une des principales missions de l’Association Française du Multimédia Mobile consiste à assurer l’auto-régulation du marché des solutions de paiement sur facture opérateur, pour que celui-ci puisse se développer dans le respect du consommateur. C’est dans cette optique que l’AFMM a mis en place notamment le groupe de travail « Lutte contre la fraude».

Directive de lutte contre la fraude – Internet+

Les différents travaux menés ces derniers mois au sein de ce groupe de travail nous permettent à présent de publier la version définitive de la Directive de lutte contre la fraude – Internet+.

La directive a pour fonction de donner aux éditeurs et agrégateurs, proposant les solutions Internet+, les orientations jugées pertinentes pour établir un lien de confiance et renforcer le niveau de sécurité entre les opérateurs et les fournisseurs de contenus.

Afin que les éditeurs et agrégateurs puissent conserver leurs particularités et secrets de mise en œuvre, la directive donne donc les orientations qui sont autant d’objectifs pouvant être implémentés ou mis en œuvre selon les exigences de chacun, en fonction de son environnement technique, de sa stratégie, ou encore, de son ambition en matière de lutte contre la fraude.

La Directive de lutte contre la fraude – Internet+
est disponible sur demande par email à info@afmm.fr.

Chaque acteur est ensuite invité à procéder à un audit des moyens de lutte contre la fraude mis en place pour ses services. Cette phase doit permettre aux différents acteurs d’apprécier le niveau de confiance et de sécurité de leur activité avec les orientations attendues sur les solutions Internet+.

L’AFMM a confié la mission de cet audit au cabinet Phonesec, spécialisé dans le management des risques numériques.

La politique de lutte contre la fraude, et plus précisément le Groupe de travail dédié à ce sujet, a pour objectifs de :

  1. Maintenir le niveau d’exigence sur l’organisation et les processus consacrés à lutte contre la fraude,
  2. Évaluer régulièrement le respect des déclarations faites lors de l’audit,
  3. Suivre l’évolution des engagements pris par les acteurs,
  4. Partager les bonnes pratiques entre les acteurs,
  5. Faire évoluer les directives, Améliorer la coopération technique opérateurs/partenaires dans la lutte contre la fraude,
  6. Mieux comprendre et prévenir les futurs risques de fraudes,
  7. Améliorer la communication interne (chez les acteurs du marché) et externe sur ce chantier.