Accueil > Actualités > Premier bilan des audits des moyens de lutte contre la fraude chez les éditeurs et agrégateurs proposant la solution Internet+
Premier bilan des audits des moyens de lutte contre la fraude chez les éditeurs et agrégateurs proposant la solution Internet+

Premier bilan des audits des moyens de lutte contre la fraude chez les éditeurs et agrégateurs proposant la solution Internet+

Publiée en août 2016 par l’AFMM, la « Directive de lutte contre la fraude – Internet+ » a pour objectif de donner aux éditeurs et agrégateurs, proposant les solutions Internet+, les orientations jugées pertinentes pour établir un lien de confiance et renforcer le niveau de sécurité entre les opérateurs et les fournisseurs de contenus.

Depuis décembre 2016, 10 éditeurs et agrégateurs ont procédé à l’audit avec le cabinet Phonesec* et sont en conformité avec la directive – deux acteurs sont en cours d’audit. Ces 12 entités représentent la plus grande partie des acteurs du marché.

L’AFMM se félicite des résultats obtenus jusqu’ici par les audits et félicite ces sociétés pour leur investissement dans la protection du marché et des consommateurs contre les pratiques déloyales et les fraudes.

Le passage par cet audit sur les moyens de sécurité et de lutte contre la fraude devient indispensable pour les éditeurs et agrégateurs qui souhaitent proposer la solution Internet+.

« L’audit ‘Lutte contre la Fraude – Internet+’ est indispensable afin de garantir la qualité des acteurs qui proposent cette solution de paiement sur facture. Chez HiPay, cet audit a permis de mobiliser les équipes afin de mettre à l’épreuve nos process de lutte antifraude, dans un souci d’amélioration du résultat global.
Tout au long de la démarche, l’accompagnement de Phonesec fut caractérisé par une connaissance des sujets ainsi qu’une forte compréhension de nos enjeux. »  Franck Zerbib (Managing Director, HiPay Mobile) représentant de l’ACSEL au sein de l’AFMM.

* cabinet désigné par l’AFMM pour effectuer ces audits, spécialisé dans le management des risques numériques